La vidéo interactive

Category: Aller plus loin...

Le web connait une invasion grandissante de contenus vidéo. Partant du constat que la vidéo donnerait à la communication plus d’impact, et s’adaptant aux nouveaux usages largement influés par les « digitale natives » (nés à partir de 1980), les professionnels se sont mis à exploiter ce média dans l’espoir de générer une audience qui les aidera à augmenter leur visibilité pour soutenir le business.

 

Ainsi les campagnes de communication utilisant la vidéo se sont multipliées avec le développement du web, offrant un terrain de jeu de plus en plus attrayant pour tous les professionnels de la communication. Une étude Cisco prévoit d’ailleurs qu’en 2017, 74% du trafic internet serait généré par des vidéos ! En 2015 nous sommes déjà à 66%. (Cisco. Cisco Visual Networking Index: Forecast and Methodology, 2012-2017) Mais il en est de même que les nouvelles technologies ont largement contribuées au développement d’idées créatives et originales, répondant à un souci de différenciation et d’économie de la part des entreprises.

Aujourd’hui nous remarquons une tendance pour la gamification, qui pousse les éditeurs de contenus à utiliser les codes du jeu pour stimuler les cibles visées. Il en ressort de cette tendance une évolution des formats de communication qui se veulent plus ludiques et participatifs, afin de maintenir l’attention de l’auditoire. C’est par exemple le cas des vidéos interactives.

 

Qu’entendons-nous par vidéo interactive ?

C’est le cas de tout type de format multimédia qui permet au visionneur d’agir sur la vidéo, pour que celle-ci lui délivre une réponse adéquate à la stimulation reçu. Les notions d’action et d’échange sont essentielles. C’est en effet là tout l’intérêt car cette interactivité permet d’impliquer le visionneur pour dégager plus d’impact, notamment pour ses effets positifs sur la mémorisation.

 

Voyons quelques exemples innovants :

http://sortieenmer.com/

Le principe est simple : le site lance directement une vidéo qui nous met à la place d’un homme sur un bateau. Par un geste maladroit, on se retrouve à l’eau. C’est là que la suite dépend de nous : pour revenir à la surface, il faudra scroller la molette de notre souris. Je vous laisse découvrir le dénouement…

 

https://www.youtube.com/user/hondafranceauto/UnAutreVisage

Pour cette campagne, Honda a clairement misé sur un effet wow en proposant du jamais vue : au démarrage de la vidéo tout semble normal. Mais lorsqu’on tape sur la touche ‘R’ de notre clavier, on se rend compte qu’il y a finalement deux vidéo qui tournent en simultané ! L’action sur le clavier permet de passer de l’une à l’autre des vidéos de manière fluide et rapide. L’expérience est un succès !

 

De manière générale, il est nécessaire qu’une publicité apporte de la valeur à celui qui la reçoit, que ce soit pour ce qu’elle présente comme informations que pour l’expérience qu’elle lui a fait vivre. Sur ces deux points, la publicité interactive que l’on peut trouver sur le web se trouve particulièrement efficace, et d’autant plus si celle-ci comporte de la vidéo.

Un exemple plus vieux est celui de la pub Tipp-ex, « a hunter shoots a bear », qui demande à celui qui la regarde de participer au scénario de la courte vidéo en donnant le choix , dans un premier temps entre deux dénouements, puis finalement en permettant de modifier directement le verbe de la vidéo d’après 42 possibilités (« a hunter [eats, dances with, loves…] a bear ») pour dicter ce que l’on veut voir. Cette publicité de 2010 est encore bien ancrée dans les esprits de tous ceux qui l’ont expérimenté, et c’est là tout l’intérêt des publicités interactives.

 

Finalement l’interactivité permet l’implication des personnes dans une expérience unique qui, appliqué à la publicité, donne moins l’impression d’être intrusif et permet de gagner du temps d’attention, de l’intérêt, et favorise alors la mémorisation. Si l’expérience est réussie, la marque gagnera une opinion favorable pour ce qu’elle a apporté, ainsi que de la visibilité si celle-ci est relayé par les communautés d’internautes.